Echanges de langues

Cette semaine fut consacrée principalement aux langues. Dimanche dernier, j’ai commencé à traduire en français un livre pour enfants du chinois au français, mercredi j’ai été au cinéma voir un film taïwanais sous-titré en anglais et le soir j’ai testé un bar qui propose des échanges de langues, et enfin hier soir (jeudi) j’ai donné un cours particulier de français à une taïwanaise.

Le livre pour enfants en chinois

J’ai acheté un livre pour enfants pour offrir à ma petite-sœur. C’est un album de grande taille, qui commence à la fin comme les mangas, et se lit en colonne, de droite à gauche.

Ça me tenait à cœur de présenter à Ambre cette différence culturelle et de pouvoir lui lire l’histoire du livre, donc je me suis motivée à traduire les caractères chinois (il n’existait pas de traduction déjà toute prête sur internet).

Pour traduire les caractères, j’ai utilisé l’application « Google traduction », qui permet de dessiner les caractères à la main et de voir ensuite la traduction en pinyin et en français.

Ici vous pouvez voir un exemple avec ce caractère : 雷. Je l’ai d’abord tracé puis Google l’a trouvé et l’a affiché en haut sur la barre de rédaction (vous pouvez voir le caractère inscrit). On peut ensuite ajouter d’autres caractères dessinés et former ainsi une phrase.

Google traduction affiche l’écriture en pinyin : « Léigōng dào wǒjiā » et il traduit automatiquement en français : « Lei Gong chez moi ». Ce qui me laisse avec quelque chose que je dois comprendre et retravailler. Je vais sur internet et je vois que Lei Gong est la divinité responsable du tonnerre, et « dào » signifie « arriver ». Ainsi, la bonne traduction serait : « Le tonnerre arrive à la maison. »

Tout cela demande du temps, de la patience, mais avec persévérance et au bout d’une bonne dizaine d’heures, j’ai réussi à traduire tout le livre !

Je me faisais des brouillons de traduction :

Puis je recopiais au propre, sur une feuille pliée en deux à la manière de pages d’un livre.

J’ai essayé de rendre la lecture possible pour Ambre, qui commence à apprendre à lire en CP, en écrivant en majuscule et de manière claire. Et je lui ai prévu quelques petits jeux : rechercher des caractères, recopier un caractère chinois, etc.

C’est une activité que j’ai beaucoup aimé faire, même si c’était long !

Film taïwanais « Your love song »

Ce film a été tourné à Taïwan, dans les villes de Hualien et de Taipei. Ça tombe bien, je suis allée à Hualien il y a deux semaines ! Parfois il y avait des comparaisons entre les deux villes, et des références culturelles : l’un des héros dit qu’il reconnait que la fille vient de Taipei à travers ses habits chics. Je ne savais pas, mais j’ai donc découvert qu’il y avait des clichés concernant la capitale de Taïwan, un peu comme on a plein de clichés sur Paris en France.

Les sous-titres étaient en chinois (caractères) et en anglais. Il y avait les deux d’un coup sur l’écran ! J’ai été agréablement surprise car sur internet ils ne mentionnaient pas les sous-titres anglais et j’y étais allée en me disant : on verra bien si je comprends un peu l’histoire grâce aux images et à mes bases en mandarin !

Le film était plutôt bien ! Je pense que pour les taïwanais, il devait être encore mieux car ils comprennent les références, les émotions, les difficultés ressenties. Certains problèmes sont traités comme l’avortement, les sentiments amoureux, la carrière professionnelle, l’échec, etc. J’ai senti que parfois je ne pouvais pas comprendre l’ampleur de ces problèmes… Par exemple l’échec professionnel vécu par un taïwanais peut le mener à boire beaucoup d’alcool et à se mettre dans des états pas possibles. Ce ne serait pas le cas en France car on y accorde moins d’importance je pense.

Soirée « échanges de langues » dans un bar

Tous les mercredi soir, au café-bar « Wildmii Safari Cafe », des soirées sont organisées entre 19h et 21h pour que les étrangers de Taipei puissent s’échanger leurs langues. Chaque table est attribuée pour une langue et un leader de table oriente les discussions et accueille les nouveaux arrivants à sa table. Ce mercredi, les langues que l’on pouvait parler étaient : mandarin, japonais, allemand, espagnol, français, anglais, et peut-être encore d’autres.

L’idée est de rester à une table et de discuter avec les gens, en prenant des notes si l’on veut. Je suis d’abord restée une heure à la table « mandarin » puis je suis allée à la table « français ».

A la table « français », j’ai discuté avec Alex, né en Seine Saint-Denis, qui vit depuis deux ans à Taïwan grâce à un visa étudiant, et donne des cours particuliers de français. J’ai aussi rencontré Andrei, né en Roumanie, mais qui a vécu la plupart de son temps aux Etats-Unis, et qui vit depuis 7 ans à Taïwan. Andrei parle 7 langues presque couramment ! Et enfin, Tim, un taïwanais qui travaille comme interprète chinois-anglais. Nous avons parlé des typhons qui arrivent en été ou en automnes, et qui ne sont finalement pas si impressionnants que ça selon eux. Il est simplement conseillé de rester chez soi quand ce vent très fort arrive. Les météorologues sont capables de prévenir un jour avant du typhon et comme tout le monde doit rester chez soi, un jour de congé est prévu dans la loi du travail pour chaque travailleur taïwanais en ce cas. Ainsi, les taïwanais aiment bien les typhons ! 😀

Cours particulier de français

Lundi, Huai-Ya, 25 ans, m’a contacté sur Facebook suite à un message que j’avais laissé sur un groupe de « Français à Taïwan » pour me demander si je pouvais lui donner des cours de français. J’étais ravie et je lui proposai qu’on se rencontre cette semaine !

Nous nous sommes vues jeudi soir, de 20h à 22h, après son travail. Huai-Ya a appris le français quand elle avait 15 ans pendant deux années et désire aujourd’hui ré-apprendre cette langue pour son plaisir personnel. Elle a vécu au Royaume-Uni, en Allemagne, en Suède et en Islande dans le cadre de ses études et de son travail. Ses passions sont les langues, les voyages et l’art (elle est organisatrice d’expositions artistiques). Ainsi, nous nous sommes bien trouvées !

Nous avons beaucoup discuté en français, puis je lui ai fait un récapitulatif sur feuille des points de grammaire et de vocabulaire qu’elle peut retenir pour s’améliorer.

C’était un moment très très chouette ! Elle m’a même proposé qu’on aille toutes les deux à une exposition de calligraphie au musée d’art de Taipei !

Autre info

Sinon, il y a quelques semaines je me suis inscrite à une formation pour apprendre à écrire des scénarios de films. C’est une formation en ligne, sur cinecours-cinacte.com, où il faut payer 60 euros par cours. C’est très bien fait, utile, clair. Il y a des exercices à faire que l’on peut envoyer à des tuteurs qui nous corrigent. Aujourd’hui j’ai écrit mon premier scénario à la manière formelle pour un des exercices du cours numéro 2. Les contraintes étaient d’inventer une histoire qui ne soit pas inspirée d’expériences vécues et qui tienne en un scénario de 3 pages maximum. Cela m’a beaucoup plu !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :