A mettre dans mes bagages

Revoilà un article ! Deux jours avant le départ, je suis en pleine préparation des valises. Je partage ici avec vous ce que je vais amener avec moi 🙂

La base

La base, c’est : une trousse, un ordinateur, des guides de Taïwan/Taipei, le carnet de santé, le passeport, mes agendas 2019 et 2020, un adaptateur, mon disque dur, des feuilles de route pour m’aider à arriver à mon auberge lundi, et un livre d’apprentissage du chinois.

La base, c’est aussi (pas sur la photo) : mon portable :D, mon appareil photo (il pouvait pas être sur la photo lui, puisqu’il la prenait), mes chargeurs, des documents importants genre certificat d’assurance, CV, diplômes, etc. ET SURTOUT SURTOUT : mon casque audio, absolument vital !

Déco et jeux

Je prends quelques cartes, dessins et photos à mettre en déco dans ma future chambre. Cela me permettra de me sentir comme chez moi même à des milliers de kilomètres 🙂

Et puis, j’emporte deux boîtes de jeux de société à faire découvrir aux habitants de Taipei ! The Mind est un jeu universel avec des nombres et FARBEN est en version anglaise donc ça ira ! ^^ Les jeux rendent les rencontres et les amitiés encore plus faciles 🙂

La pharmacie

Pas énormément de choses pour la pharmacie : deux médicaments pour les rhumes, des pansements, une crème pour les pieds, et plein de boîtes de pilules 😀

Sur cette photo, on peut aussi voir : un sac de linge-sale au premier plan, une multiprise, un sèche-cheveux pliable, des cotons démaquillants, une brosse, un déo, la Cup, etc.

Le nécessaire pour enseigner le FLE

Des journaux français, un livre avec des exercices de grammaire, un trieur avec des feuilles de cours, des enveloppes contenant des petits jeux, des dés.

Les vêtements

Bon là, y a pas tout encore… (en bas à gauche ce sont mes petits pieds d’ailleurs ^^)

En parlant vêtements, j’en profite pour évoquer la météo de Taipei. Quand j’arrive, il fera 19°C et grand soleil ! C’est donc un peu plus chaud qu’en France en hiver. Mais attention, la ville de Taipei est située dans une cuvette (entourée de montagnes) ! Ce qui signifie que le ressenti est exagéré et l’humidité en taux élevé : quand il fait froid, il fait très froid, et quand il fait chaud, il fait très chaud.

Les livres

Difficile de ne pas prendre de livres, même si ça va augmenter le poids de la valise… Le grand cahier ouvert en bas, c’est mon acolyte pour les cours de chinois avec Aurora !

Taille des valises

Mon but va être de faire tenir tout ce beau monde dans deux valises !

J’ai le droit (inclus dans mon billet) à une petite valise cabine de 5 kg max et une valise en soute de 23 kg max. Je n’ai pas encore essayé de faire tout tenir dedans… peut-être vais-je être obligée de faire quelques concessions en fonction du poids et du volume… ^^

En tout cas, c’est maintenant la dernière ligne droite avant le grand départ ! Je commence à être bien stressée mais c’est plutôt du trac ! J’ai hâte !!

Avoir revu ou appelé ma famille et mes amis ces derniers jours m’a fait le plus grand bien ! Je me sens entourée et je sais que je pars avec plein de belles énergies !

A très vite, à Taïwan !!

PS

Les derniers trucs que j’ai fait avant le départ : obtenir une carte bancaire internationale (j’ai pu payer seulement 24€ pour un an !), prendre des rendez-vous médicaux pour checker si tout va bien, acheter plein de boîtes de pilule d’avance, manger du fromage et boire du vin, marcher dans Paris dans tous les sens, préparer quelques cadeaux de noël pour mes parents.

10 faits insolites sur Taïwan

Les éboueurs

S’il y a bien quelque chose d’atypique à Taiwan, ce sont les camions poubelle. Contrairement à ce qu’on a l’habitude de faire en France, on ne dépose pas ses ordures au bord de la route mais on attend plutôt patiemment le passage quotidien du camion-benne pour jeter soi-même ses déchets.

A moins d’être sourd, il est quasiment impossible de manquer le passage du camion-poubelle : il joue à tue tête une mélodie qu’on entend à des kilomètres à la ronde.

L’objectif a été lancé dans les années 90 après une grosse crise des ordures qui frappait le pays depuis les années 80 (peu d’espace pour stocker et traiter les déchets, des montagnes d’ordures non-triées… ).

Le slogan : aucun sac poubelle ne touchera le bitume.

Les appartements sans cuisine

De nombreux appartements à Taïwan n’ont pas de cuisine. Mais pouurquoi tant de haine ?? Et bien, la nourriture n’est tellement pas chère dans les restos et marchés que ça coûte moins cher d’acheter à l’extérieur que dans les supermarchés pour cuisiner !

Séismes et typhons

Des petits séismes peuvent se déclencher tout d’un coup, le temps d’une ou deux minutes. En général, des alertes séismes sont envoyées directement sur les téléphones des taïwanais, mais le plus souvent, l’alerte arrive quand le séisme est déjà fini. Ce sont en général de faibles secousses.

La période des typhons s’étend de juillet à octobre. Heureusement, normalement, ça ne me touchera pas !! \o/ Youpii. Il y a environ 3 ou 4 typhons par an qui entraînent des inondations, glissements de terrains et accidents. Dans un guide touristique, ils disent que ces typhons contribuent à l’équilibre écologique de l’île car ils alimentent en grande partie les réserves d’eau. Bonne nouvelle alors !^^

Le magasin « 7 eleven »

A l’origine, ce magasin ouvrait de 7h du matin à 11h du soir. Mais aujourd’hui, il est ouvert 24h/24, 7j/7. C’est un phénomène à Taïwan car on en trouve partout !

Ce magasin de proximité permet de tout faire au même endroit : retirer de l’argent, envoyer ou prendre une livraison de colis, payer des factures, photocopier des documents, acheter un snack qui peut très bien faire office de petit déjeuner ou de souper, ou simplement prendre un café au lait à siroter en feuilletant des magazines.

Les marchés de nuit

J’en parlais dans mon article précédent, les marchés de nuit sont un endroit incontournable à Taïwan. Ouverts généralement entre 16h et 00h, ils offrent tout style de nourriture, vêtements, objets. On peut y manger des plats cuisinés, des fruits de mer, et apparemment aussi des soupes de serpent, du tofu puant, ou une boule de glace salée aux oeufs ! Hmmm ! Bon appétit !!

Les marchés les plus connus à Taipei sont le marché de Shilin et le marché de Raohe. A découvrir… !

La position des baguettes dans le bol de riz

Depuis quelques mois déjà, j’essaie de m’habituer au maximum à manger avec des baguettes, car sur place, je n’aurai pas trop le choix ! Mais attention ! Il ne faut pas placer ses baguettes n’importe comment sur un bol de riz !!**

On peut les poser comme ceci sur le bol de riz vide (il est conseillé de finir entièrement son plat pour montrer qu’on a fini, avec les baguettes par-dessus), on peut les tenir dans ses mains à la manière d’un stylo, on peut s’en servir comme cure-oreille et chausse-pied (oui bon… faut pas en abuser). Mais ! On ne peut pas les laisser comme ceci :

Planter ses baguettes dans un bol de riz est formellement interdit. Cela rappelle en effet la position des bâtonnets d’encens qu’on fait brûler en honneur des ancêtres et c’est considéré comme un présage de mort.

D’autres choses ne se font pas : hésiter devant des plats avec les baguettes au-dessus, lécher les baguettes, planter ses baguettes dans des ingrédients, croiser ses baguettes sur son bol plein, mélanger sa soupe avec ses baguettes…

Un temple pour deux religions

La société taïwanaise est dominée par le taoïsme et le bouddhisme. 11 millions de pratiquants taïwanais se rendent régulièrement au temple, l’île en comptant 16 000.

Dans un même temple, on peut prier Matsu, protectrice taoïste des marins; ou Guanyin, déesse bouddhiste de la miséricorde, que l’on soit taoïste ou bouddhiste. Cet amalgame n’est pas uniquement un gage de tolérance, il trouve son origine dans l’histoire mouvementée de Taïwan.

Durant l’occupation japonaise (1895-1945), la politique d’intégration s’est étendue au domaine religieux, ainsi le bouddhisme, religion officielle nippone, devait être célébrée dans tous les temples taïwanais. Les insulaires se sont pliés à cette obligation en continuant de prier, en catimini, les divinités taoïstes installées dans le fond des temples.

Et à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, ce fut le contraire : les chinois, majoritairement taoïstes, ont inversé la disposition imposée par les Japonais, tout en conservant les statues bouddhistes.

Elections politiques

Le 11 janvier prochain auront lieu les élections présidentielles de Taïwan. Ces élections sont très importantes car elles vont décider si Taïwan reste un Etat indépendant de la Chine ou pas. Je ne sais pas trop parler politique alors je laisse parler un article du Monde :

Article du Monde – 18 sept. 2019

« Entre une présidente en exercice qui soutient les manifestants hongkongais (parti démocrate progressiste) et un rival pro-Pékin (KMT), ces élections révéleront si Taïwan peut résister à des informations biaisées venues de Chine […]. Dans un monde de plus en plus polarisé entre, d’un côté, un « axe illibéral » Chine/Pakistan/Iran et, de l’autre, un « axe néolibéral » Japon/Inde/Etats-Unis, le futur président de Taïwan, allié traditionnel de Washington au territoire réclamé de façon toujours plus pressante par Pékin, aura fort à faire pour préserver l’identité composite et la réussite économique de la seule démocratie libre du monde sinophone. « 

Courtoisie et ponctualité

Les taïwanais sont très polis et respectueux. Dans une discussion, des mots comme « désolé », « pas de problème », ou « merci » sont beaucoup utilisés.

Ils sont aussi très ponctuels. Un retard non justifié sera mal perçu. De plus, ils se font rarement des câlins ou bisous en signe d’affection. Pour remercier, on joint ses mains à la hauteur de la poitrine et on se courbe légèrement. Et quand on nous offre un cadeau, on ne l’ouvre pas devant la personne qui nous l’a fait !

Enfin, deux personnes qui se connaissent peu s’appellent toujours par leur nom de famille. Et pour se présenter en taïwanais, on dit son nom avant son prénom.

La monnaie

La monnaie à Taïwan est le New Taïwan Dollar (NTD).

Pour vous donner un ordre d’idée, 1€ = 34 NTD. Donc je me sentirai plutôt riche là-bas avec des billets de 300 NTD (qui en réalité ne valent que 9 euros) !

La situation de mon auberge de jeunesse

Il y a une semaine ou deux, j’ai réservé mon auberge de jeunesse. J’ai choisi l’auberge « Formosa 101 », située tout près de la tour 101. C’est ici que je vais vivre pendant deux semaines, du 15 au 30 décembre, en attendant de trouver un appartement. Je compte donc enchaîner les visites d’apparts dès mon arrivée ! 🙂

La Tour 101

Cette tour verte était la plus grande du monde de 2004 à 2010. Elle mesure 509 mètres, tandis que le plus haut gratte-ciel aujourd’hui a une taille de 828 mètres et se trouve à Dubaï. Elle tire son nom des 101 étages qu’elle possède. Dessinée par l’architecte C. Y. Lee, sa structure évoque celle d’un bambou dont chaque étage matérialise les nœuds.

Sur cette image, vous pouvez voir mon auberge de jeunesse et la station de métro de la tour 101. Google Map indique qu’il me faudra 13 minutes à pied pour aller de ma chambre à la tour.

A côté de l’auberge, il y a aussi un marché de nuit. Les marchés de nuit sont typiques à Taïwan et sont présents dans toutes les villes. A Taipei, il y en a presque partout ! C’est là où l’on achète la nourriture, les habits, les jouets, etc. et où se trouvent l’animation, la fête, la vie. Si vous voulez en savoir plus sur les marchés de nuit, je vous mets le lien vers un article que j’ai trouvé bien : https://taiwaninfo.nat.gov.tw/news.php?post=68119&unit=75,75,81,81,90,182&unitname=Taiwan-aujourd%27hui&postname=Les-march%C3%A9s-de-nuit .

Je suis pressée de découvrir ça !

Le Linjiang Street market, à côté de Formosa 101, est ouvert le matin de 9h à 14h et le soir de 18h à 00h. C’est donc un marché du matin et un marché de nuit en même temps ! Habituellement, les « night market » sont ouverts entre 18h et 00h seulement.

Mon auberge de jeunesse : de près et de loin !

Sur cette image, on voit l’entrée de mon auberge de jeunesse Formosa 101. (merci Google!)

Sur celle-ci, on voit la rue de mon auberge. Et on peut remarquer qu’à deux pas de mon futur chez moi, il y a un karaoké ! Oh yeah !

La culture des karaokés, qui vient du Japon (« karaoké » signifie « orchestre vide » en japonais), est très présente en Asie. C’est là qu’on se détend, voire même qu’on signe des contrats d’affaire. Il y a des petites salles avec un écran de télé et on peut commander à boire et chanter !

Si je marche 20 minutes vers le nord, je peux aussi trouver une boulangerie française, nommée « Gontran Cherrier », et ça, c’est important ! 😀

Après la vue de près, je vous mets la vue de loin :

En orange, ce sont les limites du « Grand Taipei » (7 millions d’habitants). Et le point rouge, c’est mon auberge 😉

En jaune, ce sont les limites (approximatives) du « Petit Taipei », que j’ai nommé ici « centre ville ». Il y a 2,7 millions d’habitants dans cette partie, soit un peu plus qu’à Paris intra-muros.

Les choses à voir et les quartiers !

Sur ce plan de métro, j’ai souligné en rouge les choses à voir :

  • deux temples (les religions à Taïwan sont le bouddhisme et le taoïsme),
  • un parc (le Daan Park),
  • le Fort San Domingo construit par les espagnols en 1628, à la station « Tamsui »
  • la vallée thermale de Beitou avec ses sources d’eau chaude, à la station « Xinbeitou »
  • le marché de nuit de Shilin (le plus grand), à la station Jiantan
  • le mémorial de Sun Yat-Sen (fondateur de la République de Chine)
  • le quartier Ximending, ancien cœur historique, et aujourd’hui quartier branché des jeunes, à la station « Ximen »

Sur ce plan, j’ai fait figurer 4 quartiers :

  • Le carré jaune représente l’ancien centre-ville qui était entouré d’un mur d’enceinte (jusqu’en 1911). C’est le vieux Taipei. C’est là que se trouve la gare principale avec les trains grande vitesse.
  • Le carré violet représente le quartier moderne et actif. Aurora m’a dit que c’était un peu comme le Marais pour Paris.
  • Le carré bleu clair désigne le quartier technologique. C’est très moderne et c’est là où siègent des entreprises d’innovation.
  • Enfin, le carré rose montre un quartier résidentiel, où il peut être pas mal de trouver un appartement car les prix ne sont pas trop chers.

Et voilà !! 😀

J’espère que cette petite mise en bouche sur Taipei et la situation de mon auberge de jeunesse vous aura plu !

Je compte écrire encore un ou deux articles avant de partir. Comme ça vous êtes plongés avec moi dans l’ambiance et ensuite vous aurez déjà quelques clefs pour m’accompagner dans mon voyage !

Mes idées pour les prochains articles :

  • « A mettre dans mes bagages »
  • « Les 10 faits insolites de Taïwan »

A bientôt pour la suite !!

我在学中文

Cet été, après avoir décidé que je partirai à Taïwan en décembre, je me suis mise à apprendre le chinois (mandarin). Je voudrais vous écrire un article sur cette langue : les différences entre le chinois traditionnel et le chinois simplifié, la façon dont les enfants apprennent les 20 000 caractères, la différence entre la langue taïwanaise et la langue chinoise, et ma méthode pour apprendre.

A Taïwan : chinois traditionnel ou chinois simplifié ?

Le chinois traditionnel est apparu dans les années 1200 av. JC pour transcrire l’oral. Il continue d’être utilisé aujourd’hui ; mais dans les années 50, la République populaire de Chine a développé un chinois « simplifié », plus facile à écrire. Taïwan, dans les années 50, est dirigé par l’ancien gouvernement chinois (La République de Chine), et reste en dehors du développement des nouveaux caractères simplifiés. Ainsi, à Taïwan, on écrit toujours avec les caractères traditionnels !

Exemple de caractères traditionnels : 我們對此進

Exemple de caractères simplifiés (pour écrire la même chose) : 我们对此进

Les caractères chinois sont très complexes pour des occidentaux comme nous ! Leur forme correspond à un mélange de signes phonétiques et de représentation abstraite. Chaque caractère se prononce par une syllabe. Et chaque syllabe peut avoir 5 intonations différentes. Car en chinois, il y a 5 tons ! Il y a un ton pour lequel il faut prendre une voix aiguë (comme un la en musique), un ton où il faut tenir une voyelle en descendant la voix puis en la montant, etc. Bref, la prononciation, ça a été le tout début de mon apprentissage, et c’est vraiment pas facile !!

Comment les enfants taïwanais apprennent-ils tous les caractères ?

5 000 caractères chinois sont régulièrement utilisés à l’écrit, tandis qu’il existe 50 000 caractères en tout dans le dictionnaire !! Nous, en France, on a 26 lettres à retenir et c’est tout. On commence à la maternelle à former les lettres, et puis en primaire on apprend déjà à lire !

En Chine et à Taïwan, c’est une autre affaire ! J’ai appris par une amie taïwanaise (qui me donne par ailleurs des cours de chinois), qu’à Taïwan, les enfants apprennent à écrire jusqu’à la fin du lycée ! (les jeunes de 15 ans savent écrire en moyenne 4000 caractères). Et avant de savoir écrire les caractères complexes, ils apprennent un alphabet phonétique appelé « Zhùyin » qui permet de décomposer les sons d’un caractère. J’ai trouvé ça très marrant et intéressant à vous partager ! Finalement, le chinois reste donc principalement une langue orale. Et souvent, on conseille aux étrangers qui apprennent la langue (comme moi), de ne pas apprendre à écrire les caractères. Ce serait beaucoup trop long.

De plus, depuis 1979, le gouvernement chinois a adopté un système de romanisation du mandarin appelé  » pinyin « . Le pinyin permet de traduire les caractères chinois en écriture un peu occidentalisée. Par exemple, « bonjour » s’écrit « 你好 » en caractères traditionnels, et « Nǐ hǎo » en pinyin. Le pinyin est aussi utilisé par les chinois et taïwanais qui ne connaissent pas toujours les caractères.

Différences entre la langue taïwanaise et la langue chinoise

L’île de Taïwan a presque toujours été occupée, soit par les hollandais, soit par les espagnols, soit par la Chine, soit par le Japon. La langue imposée a donc souvent évolué. Mais les dialectes « taïwanais » et « hakka » sont toujours restés. Malheureusement, ces dialectes tendent à disparaître de la communication car principalement, entre eux et avec le reste du monde, les taïwanais parlent chinois, ou plus précisément, mandarin. Ainsi, dans le métro, les stations sont annoncées dans l’ordre : en mandarin, taïwanais, hakka et anglais.

Le mandarin taïwanais est-il néanmoins le même que le mandarin chinois ? ET BIEN NON ! Il y a quelques différences ! Moi, j’apprends le mandarin, en me disant, innocemment : comme ça je pourrai parler avec des chinois et des taïwanais ! Mais à Taïwan, ce n’est pas tout à fait le même mandarin qu’en Chine qui est parlé. Déjà, il y a un accent différent. Je n’ai pas encore compris la différence car je n’ai pas assez l’habitude d’entendre des taïwanais et des chinois parler mais je m’en rendrai peut-être compte un jour 😀 Et ensuite, il y a certains mots qui n’ont pas le même usage à Taïwan et en Chine. Par exemple, « restaurant » se dit « Cān tīng » à Taïwan, et « Fàn diàn » en Chine. Ou bien « excusez-moi » peut se dire « Bù hǎo yì si » ou « Qǐng wèn » à Taïwan alors qu’en Chine on dira toujours  » Qǐng wèn ».

Comment j’apprends le chinois ?

J’ai commencé avec des vidéos YouTube. J’aime beaucoup cette solution car ça me permet d’apprendre à mon rythme, d’entendre et de voir, et d’être sûre que ce sont bien des natifs chinois ou taïwanais qui m’enseignent (je n’étais pas sûre, si je prenais des cours dans un institut chinois en France, que les professeurs soient bien des natifs).

J’ai utilisé les chaînes : « TOP CHINOIS » et « Chinois avec Lilianne LING ». Ces deux chaînes sont vraiment super ! Les deux chinoises qui donnent les cours sont très pédagogues et sympathiques ! Si vous voulez prendre connaissance de la langue, n’hésitez pas ! On a la chance d’avoir tout ça gratuit !

En plus de ça, à mon travail (là où j’enseignais le français langue étrangère), j’ai eu l’immense chance d’avoir une ancienne étudiante taïwanaise qui m’a proposé de m’enseigner le mandarin. Nous faisions un échange : je continuais de lui apprendre le français et elle me transmettait les bases de sa langue. Avec 1 cours de 1h30 par semaine depuis mi-septembre, je progresse assez bien et je peux maintenant dire quelques phrases !! Je suis super contente !

D’ailleurs, cette semaine, jeudi midi, nous sommes allées dans un restaurant taïwanais dans Paris (le nom du restau est « Bopome ») et c’est moi qui ai commandé à la serveuse en chinois ! Elle a réussi à comprendre ce que l’on voulait (bon j’ai un peu triché, j’ai dit : « nous voulons commander ça, ça, ça et ça » => « Wǒmen yào diǎn zhège zhège zhège »).

Je mets ci-dessous les photos que j’ai prises jeudi (le cours avec Aurora le matin, et le restau le midi) :

Un mois avant le départ

VOYAGER : c’est vivre

Bonjour à tous !

Dans un peu moins d’un mois, je pars pour Taïwan ! \o/

On m’a suggéré de tenir un blog de voyage et je trouve que c’est une très bonne idée ! Ça me permet de vous donner des nouvelles facilement, agrémentées de jolies photos et de trucs utiles ! 🙂

Je commence par un premier article, dédié à la préparation du voyage !

Et tout d’abord, un rappel de ma date de départ : je pars le 15 décembre 2019 à l’aéroport Charles de Gaulle à 12h55 et j’arrive à Taipei le 16 décembre à 10h25 heure locale (soit 7 heures de décalage avec Paris). Je passe par l’aéroport de Fuzhou en Chine pour faire une escale, qui j’espère, se fera sans problème car je n’aurai que 1h40 pour prendre mon autre vol.

La durée de vol sera de 12h50 en tout ! TRANQUILOU.

J’ai déjà préparé des photos à emmener (comme vous pouvez voir sur la photo) pour me sentir moins seule quand j’arriverai à l’auberge de jeunesse. Je les collerai partout autour de moi !!

Pour le moment, j’ai mon VISA Vacances-Travail et je suis en train de faire une demande de permis international.

Pour la partie un peu pratique et pour ceux que ça intéresse : il est relativement rapide et facile d’obtenir un VISA Vacances-Travail à Taïwan. La durée de préparation du VISA (rendez-vous médicaux, formulaires, casier judiciaire, certificat d’assurance, réservation d’un billet d’avion aller-retour,etc) est d’environ 2 à 4 semaines. Le plus long est de remplir le formulaire pour le médecin car il faut faire une radio de poumons et des vaccins. Une fois que tous les documents sont rassemblés, il suffit d’aller au « bureau de Représentation de Taipei en France », situé tout près du musée d’Orsay, de passer un entretien (oui, ça ressemble à un entretien d’embauche!^^), et de conserver précieusement le reçu qui nous est remis. Ensuite, on peut récupérer le VISA en moins d’une semaine !

Les frais de VISA s’élèvent à 86 euros, sans compter toutes les dépenses médicales.

En ce qui concerne le permis international, même si je ne compte pas conduire sur place, on m’a conseillé de l’avoir si jamais je veux utiliser un scooter pour découvrir certaines régions de Taïwan. 🙂

Pourquoi Taïwan ?

Pourquoi cette petite île toute proche de la Chine, à peu près à la même hauteur que le Mexique, et 17 fois plus petite que la France ?

C’est d’abord son histoire qui m’a captivée… Comme je travaillais en tant que professeure dans une école de FLE (français langue étrangère) dans un quartier asiatique de Paris, j’ai rencontré des taïwanais parmi mes étudiants et collègues. Une collègue notamment, m’a parlé de son pays d’origine. Elle m’a expliqué qu’elle ne savait pas bien si elle était taïwanaise, chinoise ou si elle était née en République de Chine, comme l’indique son passeport. Pour nous, Taïwan est un pays indépendant, mais pour eux, c’est plus compliqué. Conquis par le Japon avant la première guerre mondiale, ils sont ensuite rendus aux mains de la Chine en 1945 car le Japon a perdu la guerre. La Chine de l’époque était appelée « République de Chine ». Or, en 1950, le communisme s’impose en Chine et l’ancien gouvernement fuit et se réfugie à Taïwan. C’est un gouvernement autoritaire qui dirige alors. La démocratisation du pays démarre seulement dans les années 70; et dans les années 90, différents partis et des élections sont mis en place. Depuis se pose la question de l’indépendance à Taïwan… mais ce n’est pas encore gagné du tout !

Les 3 générations (petits-enfants, parents, grands-parents) qui se côtoient à Taïwan n’ont pas du tout vécu les mêmes choses : la génération des grands-parents s’est rebellée contre un gouvernement autoritaire chinois pour ensuite être réduite au silence par le sang, la génération des parents a vécu une grande partie sous la loi martiale avec très peu de libertés, et enfin la génération des petits-enfants a connu la démocratisation et désire l’indépendance.

L’identité taïwanaise est donc complexe et continue de se chercher. Ma collègue m’avait dit : « j’aime bien la France car votre identité est claire et votre Histoire est très longue. » Et moi ça m’a donné envie, à l’inverse, de découvrir son pays mystérieux !

Il se trouve qu’ensuite, de nombreux éléments ont approuvé mon choix : les taïwanais sont connus pour être des gens extrêmement gentils, généreux et soucieux d’aider ; Taïwan est un des pays les plus écolos d’Asie ; il y a pleeeeiins de magnifiques randonnées à faire ; la nourriture est délicieuse et pas cher ; avoir un point d’appui à Taïwan me permet de visiter d’autres pays d’Asie comme le Japon ou la Corée ; la capitale, Taipei, est ultra moderne et ressemble à Tokyo ou Singapour dans mon imaginaire (mon imaginaire est particulièrement pauvre car je ne suis jamais allée en Asie).

Comment je vais (essayer) de gérer ce blog ?

Je voudrais que vous puissiez suivre mes expériences. Je ne sais pas encore à quel rythme je publierai des articles, mais ce sera sûrement 1 fois toutes les deux semaines. 🙂

Je mettrai des photos à chaque fois et j’essayerai de vous emmener un peu avec moi dans ce voyage ! Je raconterai les difficultés et les réussites, les rencontres et les découvertes.

Je serai joignable sur Whatsapp (Taïwan ce n’est pas la Chine !! Il y a Whatsapp et Facebook !!) et je serai heureuse d’avoir de vos nouvelles à tout moment (même si avec le décalage, je recevrai peut-être vos messages pendant la nuit !^^).

Vous pouvez me demander si vous voulez que je parle de choses en particulier dans ce blog ! 🙂 N’hésitez pas à me dire en commentaire ou par message ! 😉

A bientôt !

[ Cet article est le tout premier que je publie sur mon blog. Je viens juste de lui donner vie, restez à l’affût pour la suite. Abonnez-vous ci-après pour rester informé des mises à jour. ]